Etes-vous pièces ou billets ?

N° 722 – Mardi 28 mars 2017

Utilisez-vous plus les unes que les autres ? Manifestement, nos concitoyens (européens) utilisent plus les pièces, puisque 120 milliards d’entre elles sont en circulation, contre 20 milliards de billets – mais dans l’ordre décroissant de leur valeur : 25 % des pièces en circulation sont des pièces de 1 centime, etc. jusqu’à 2 % en pièces de 2 euros (6 milliards tout de même).

Pour les billets, leur succès n’est pas aussi proportionnel à leur valeur : le plus prisé est celui de 50 euros : 45,6 % du total, ceux de 500 (2,8 %) et de 200 euros (1,17 %) fermant le ban. Vous avez déjà vu un billet de 500 euros ? Dépêchez-vous, parce que la Banque centrale européenne (BCE) cessera d’en émettre à partir de la fin de l’année 2018 – trop utilisés pour des activités « criminelles ou terroristes », dit-elle.

Le vrai scandale est l’absence de pièces de 5 euros ! Si elles coûtent plus cher à fabriquer (environ 20 centimes, contre 3 à 4 pour un billet), elles durent 40 ans, alors que les billets doivent être remplacés tous les ans (les récents, les anciens ne duraient que quelques mois). La monnaie de Paris (qui fabrique les pièces, mais pas les billets) estime que l’Europe ferait 10 milliards (d’euros) d’économies en remplaçant les billets de 5 euros par des pièces. Mais la BCE s’y oppose – elle représente les banques nationales qui, elles, impriment les billets.

L’explication revient sans doute au « seigneuriage » : quand ce sont des pièces qui sont fabriquées, elles sont achetées par l’Etat à la Monnaie de Paris (en France), au prix coûtant (par exemple 20 cts), et revendues à la Banque de France au prix facial (par exemple 2 euros) – et l’Etat empoche la différence, le « seigneuriage ». Pour la période 2016-2017, le seigneuriage rapporterait 150 millions d’euros à l’Etat, annonce Christophe Beaux, le pdg de la Monnaie de Paris. Alors que dans le cas de billets, la Banque de France les fait imprimer elle-même, ce qui lui coûte beaucoup moins cher que d’acheter des pièces. Mais pas de seigneuriage pour l’Etat… D’après la BCE, les billets de 5 et 10 euros sont les plus « rentables » du marché !

Et voilà pourquoi nous n’avons pas de pièces de 5 euros ! Toutefois… subrepticement, la banque nationale allemande a mis une pièce de 5 euros en circulation le 14 avril 2016 – mais seulement 2 millions de pièces, qui sont conservées précieusement par les collectionneurs. De même, l’Etat néerlandais va en imprimer une autre en hommage à son footballeur Johan Cruyff, mort de 24 mars 2016. Elle sera mise en circulation à partir du 20 septembre prochain – avis aux collectionneurs. Le Parisien, 8/11/13 La Tribune, 1/1/17

NB. Pour faire rentrer des sous dans les caisses de l’Etat, nos candidats pourraient proposer la pièce de 5 euros – à défaut d’un projet pour les freelances!

Prochaine CyberGazette – Mardi 4 avril 2017

Publicités