Etude

N. 708 – Mardi 15 novembre 2016

Le développement du travail indépendant commence à se faire remarquer. Synthèse d’une étude menée par le cabinet McKinsey, Independent work : Choice, necessity and the gig economy.

En se basant sur les statistiques publiées aux Etats-Unis et dans 5 grands pays européens (Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne et Suède), et sur quelques autres sources, le rapport conclut qu’environ 162 millions d’individus, dans ces pays-là, sont engagés dans une forme ou une autre de travail indépendant, soit 20 à 30 % de la force de travail.

Les travailleurs indépendants
Le rapport classifie en quatre groupes les travailleurs indépendants détectés :
– Les Agents libres, indépendants par choix et tirant leur revenu principal de celui-ci : 49 millions (4 millions en France)
– les Pluriactifs, indépendants par choix mais pour un revenu de complément : 64 millions (5 millions en France)
– Les Réticents, tirant leur revenu principal du travail indépendant, mais qui auraient préféré un job traditionnel : 23 millions (1 million en France)
– les Indépendants forcés : 26 millions (3 millions en France).

Ce regroupement inclut aussi les travailleurs intérimaires ; en revanche, il exclut les indépendants employant des salariés, et ceux dont les contrats avec un client sont de long terme (>12 mois) ou renouvelés régulièrement.

Caractéristiques
Le rapport met en évidence trois facteurs-clés du travail indépendant :
– Haut degré d’autonomie
– Paiement à la tâche, à la mission ou à la vente
– Relations de court terme avec le client.

Catégories
– Services
– Vente de biens
– Location de biens.

Plateformes
– Fourniture de services (Uber, Deliveroo…) : 6 % des fournisseurs indépendants y font appel
– Vente de biens (Ebay…) : 63 % des vendeurs le font à travers elles
– Location (Rbnb, Blablacar…) : 36 %.

Au total, 15 % des indépendants font appel à ces plateformes

Développement
Le travail indépendant peut se développer très rapidement dans le futur immédiat – il y a une demande à la fois des fournisseurs et des clients (individus ou organisation). Et des bénéfices pour les deux parties : plus de travail et de revenus pour les individus ; plus de productivité pour les entreprises/organisations.

Les défis à relever sont toutefois multiples : insécurité des revenus, garanties de paiement, assurances santé/invalidité, paperasse administrative.

Conclusion
A l’adresse des différents acteurs, le rapport termine sur les recommandations suivantes :
– Autorités politiques : obtenir et publier de meilleures données sur le développement du travail indépendant ;
– Services intermédiaires (plateformes, agences) : développer de nouveaux produits et services adapté à ce type de travail ;
– Indépendants : développer les outils et les compétences pour faciliter le travail indépendant dans le futur ;
– Entreprises/organisations : bien analyser les avantages et les inconvénients de l’externalisation des activités.

« Le travail indépendant… est lié à un désir de la part d’une majorité de travailleurs de redéfinir leurs relations avec le travail et d’exercer un meilleur contrôle sur leur vie et leur futur… Un certain nombre de défis sont à relever pour s’assurer que le développement du travail indépendant est un développement positif pour les travailleurs – et pour l’économie dans son ensemble. »

McKinsey Global Institute, octobre 2016 http://www.mckinsey.com/global-themes/employment-and-growth/independent-work-choice-necessity-and-the-gig-economy

 

Prochaine CyberGazette : Mardi 22 novembre 2016

Publicités