Solstice

N 698 – Mardi 14 juin 2016

Le mois d’août est le mois le plus chaud – et le mois de février est le mois le plus froid. OR, les jours les plus longs de l’année (solstice d’été) sont fin juin – et les jours les plus courts fin décembre. La mécanique céleste n’est donc pas parfaite : on aurait apprécié que les jours les plus longs soient aussi les plus chauds (surtout ces temps-ci…) ! Pourquoi cela ne marche-t-il pas ?

Les « jours les plus longs » sont liés à l’inclinaison (23°) de l’axe de la Terre par rapport à l’écliptique (le plan sur lequel elle poursuit son cycle atour du soleil). Lorsque notre hémisphère est le plus éclairé par le soleil*, c’est le jour le plus long. S’il est le plus éclairé, il devrait être aussi le plus chaud ?

La faute en revient à l’inertie ! L’inertie thermique en l’occurrence : le temps que la terre et les mers se réchauffent, le soleil a déjà dépassé son apogée. Et le phénomène est identique en hiver : le réchauffement dû à une plus longue exposition diurne doit d’abord réchauffer nos croûtes terrestres et maritimes avant de se faire sentir dans l’air ambiant – la mer qui se réchauffe plus vite (et se refroidit plus vite en hiver) que la terre explique en partie les conflits climatiques…

L’inertie, voilà l’ennemi !

Cela ne vous rappelle rien ?

Le monde n’est pas si parfait que ça, finalement !

* solstice : en 2016, le 20 juin à 22h34 UT (temps universel), soit 00h34 heure française, le 21 ! La France toujours en retard, mais que fait Emmanuel Macron ?

 

Prochaine CyberGazette – Mardi 21 juin 2016

Publicités