Panique, les freelances arrivent

N. 669 – Mardi 15 septembre 2015
Des échos alarmants se propagent dans les médias : le travail indépendant gagne du terrain dans le monde occidental, est-ce la fin du salariat ? Sauve-qui peut !

Aux Etats-Unis, c’est une étude : A vision for the economy of 2040, de l’Institut Roosevelt et de la Fondation Kauffman (basée sur la publication d’une étude de la Freelancers’ Union : Freelancing in America, A National Survey of the New Workforce), qui ouvre le feu : 53 millions de freelances représentent dorénavant 34 % de la force de travail. Et la tendance est à la hausse… Résumant l’étude menée par 30 économistes, technologues, syndicalistes et entrepreneurs, Vivian Giang présente les cinq modifications majeures du travail en 2040 : 1. Davantage de missions de courte durée ; 2. Davantage de plateformes pour atténuer le risque économique ; 3. Davantage d’agences de talents ; 4. La croissance des petites entreprises va booster les salaires [???] ; 5. Chacun sera responsable de son succès. En résumé, dans la « gig economy » (l’économie du ‘cachet’ ?), le travail sera sans doute plus « lucratif et épanouissant », conclut Vivian Giang.

sauvequipeut

Au Royaume-Uni, l’IPSE (The Association for Independent Professional and the Self-Employed) annonce 4,5 millions de travailleurs indépendants, soit 15 % de la force de travail, avec la même tendance à la hausse.

En France, il n’y a « que » environ 10 % de non salariés (en moyenne sur l’Europe : 15 %), mais, avec un taux d’accroissement d’environ 5 % par an, le débat commence à apparaître aussi. Il n’est pas jusqu’à Nathalie Kosciusko-Morizet qui l’évoque : « Au-delà du salariat se trouve un monde où chacun à un service à offrir, » déclarait-elle au Monde le 26 juin dernier, et poursuivait : « Les générations Y et Z n’aspirent pas à appartenir à une entreprise, ils souhaitent faire partie d’un clan d’experts, partager entre eux leurs connaissances, démultiplier leurs champs d’intervention. »

Le débat se situe à deux niveaux : d’un côté, les « mutations du travail induites par le développement du numérique », comme le présente par exemple le rapport que Bruno Mettling, DRH d’Orange, doit remettre ces jours-ci à Myriam El Khomry, la nouvelle ministre du Travail, qui remet en cause le concept même de « temps de travail » – réflexion qui peut mener loin… – et suggère la prise en compte de « l’entreprise étendue » : « De plus en plus d’entreprises travaillent avec un écosystème d’acteurs […] qui ne sont pas de simples sous-traitants mais dans une démarche d’innovation ouverte, de coconception et/ou de coproduction ». Le ministère de la Justice en a donné ces jours-ci un bon exemple…

L’autre niveau du débat porte sur le Code du Travail, trop gros, trop petit, à réformer pour développer la croissance, à conserver pour la protection du prolétariat, cf. entre autres le rapport Combrexelles remis mercredi dernier à Manuel Valls. Et l’ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot, d’insister : « L’idée défendue d’un contrat de travail unique me laisse perplexe : le modèle du futur sera la multiplicité des modèles. »

Le débat ne fait que commencer, mais il va sans doute se poursuivre. Comme le disait un spécialiste des technologies numériques, Jean-Emmanuel Ray : « l’esclavage aura duré 8 000 ans, le servage 800 ans et le salariat risquerait fort bien de n’avoir duré que 200 ans ! »

Ce que reprend aussi Denis Pennel (l’auteur de Travailler pour soi, Le Seuil) : « Nous vivons moins une crise de l’emploi qu’une révolution du travail. A toute société correspond une méthode de travail : le servage pour le Moyen-Age, le travail indépendant et l’artisanat aux XVIIIe et XIXe siècles et le salariat ces dernières décennies. Qui nous dit que ce dernier modèle va perdurer au cours des prochaines années ? » L’opinion, 26/8/2015. Il promeut par ailleurs un « Droit de l’actif » qui se substituerait au Droit du Travail et intégrerait aussi les relations entre les entreprises et les professionnels indépendants. Contrepoints.org, 11/9/2015

Vive l’abolition du salariat !

Réf. :
– A lire, le blog de Dennis Pennel https://lanouvellerealitedutravail.wordpress.com/
– Fondation Kaufmann : A vision for the economy of 2040
– Vivian Giang : 5 major ways Freelancers will change the economy by 2040
– Freelancersunion.org : Freelancing in America, A National Survey of the New Workforce
Les Echos, 29/8/2015, Les travailleurs freelance vont-ils transformer l’économie ?
Les Echos, 7/9/2015, Numérique : le rapport qui bouscule le droit du travail
– Jean-Emmanuel Ray, Le Temps, 5/6/2015 Le monde du travail se réinvente au pas de charge

Prochaine parution : mardi 22 septembre

Publicités