SUR LA ROUTE…

Les vacances sont une bonne occasion pour rencontrer de nouvelles têtes. Aujourd’hui, c’est une rencontre avec un indépendant en informatique que nous présentons. Une histoire peu ordinaire.

ariege

Jean-Joseph est autodidacte. Il a quitté l’école à 16 ans pour devenir apprenti pâtissier, puis apprenti affecté à l’entretien des terrains de sport de sa ville, puis fonctionnaire pour la même tâche, dans les environs de Paris.

Renâclant devant l’autorité des chefs, cherchant – déjà – son indépendance, et fanatique de sports ‘libres’ – il pratiquait déjà la natation (avec une participation aux championnats de France), l’aïkido, le triathlon, etc. –, il prend ses cliques et ses claques, et s’installe dans les Pyrénées Orientales pour découvrir la mer (il fait de la plongée sous-marine) et la montagne (parapente).

Il y gagne aussi relativement bien sa vie avec des ‘petits boulots’ dans l’intérim ou la représentation de groupes musicaux – il remarque aussi que « n’étant ni pompier, ni rugbyman, et n’ayant pas l’accent du pays, il lui était difficile de trouver un « vrai » job !

A 37 ans, il a soif d’autre chose. Aussi décide-t-il de reprendre ses études. L’AFPA lui offre une formation ‘diplômante’ – et rémunérée – qui lui permet de passer son bac pro, puis de suivre une formation en informatique à Rivesaltes, jusqu’à l’obtention d’un diplôme de TMSI (Technicien de maintenance en informatique) qu’il complète avec d’autres formations sur SQL et l’administration de réseaux. Le voilà diplômé et compétent, mais que faire ?

C’est sa femme, après son installation avec elle en Ariège, qui le pousse à offrir ses services à des clients : « Tu te mets à ton compte, et je m’occupe de l’admin… ». Il parcourt donc la campagne, et va dépanner, à domicile, des particuliers (80 % de sa clientèle), des professions libérales, des artisans, des commerçants. Il pénètre aussi quelques administrations locales – capable de servir aussi bien le matériel que le logiciel, il n’a guère de concurrents… et le bouche à oreilles fonctionne petit à petit.

« Le plus dur, c’est de fixer un tarif : certaines petites gens n’ont pas les moyens – j’ai déjà été payé en pots de confiture ou en cassoulet… D’autres trouvent mes tarifs mesquins… J’ai fini par fixer mon taux horaires (30 euros/heure), mes frais de déplacement, etc. et de les publier sur mon site, mais ce que les clients préfèrent, ce sont les forfaits (assemblage de PC, avec ou sans OS, 75 ou 120 euros ; désinfection de virus et spyware, 75 euros)… ». Il y a encore de l’optimisation possible !

« Mais j’adore mon travail : je fais du ‘sur-mesure’, je m’adapte à mes clients, je les laisse satisfaits – que demander de plus ? » Air connu chez les indépendants, n’est-ce pas ?

Comment trouver de nouveaux clients ? La concurrence est rude avec les services ‘offerts’ par les constructeurs et les grandes surfaces, mais il y des pistes : agréments, sous-traitance. Et de la publicité sur les supports ‘grand public’. La rentrée va être sportive !

Que nos vœux t’accompagnent, Jean-Joseph.

MAD-PC, contact@mad-pc.net

Prochaine parution : mardi 8 septembre 2015

Publicités